La mairie de paris signe la Charte.

Publié le par beatrice

 COUCOU

La mairie de Paris signe la Charte des deux-roues motorisés

Paris - 19/3/2007. A quelques semaines de l'élection présidentielle
et à un an des prochaines municipales, le maire de Paris a signé ce matin une "Charte des deux-roues motorisés" élaborée depuis 2004 avec la Fédération française de motocyclisme (FFM), la Fédération française des motards en colère Paris Petite couronne (FFMC-PPC), le Conseil national des professions de l'automobile (branche moto), l'Automobile Club de l'Ouest (Ile-de-France), l'association Moto-Zen
 et le syndicat CGT des Coursiers.

Une opération séduction un peu cousue de fil blanc à un an de son éventuelle réélection, mais qui a toutefois le mérite de poser noir sur blanc, dans un cadre symbolique à défaut d'être juridique, quelques principes de bon sens.

"Je ne suis pas anti voitures et je ne suis pas anti motos !", a tenté de faire croire Bertrand Delanoë sans toutefois tromper grand monde, s'appuyant sur son adjoint Vert Denis Baupin dont le parti a récemment recommandé la mise en fourrière des deux-roues stationnés même de manière non gênante sur les trottoirs (lire Moto-Net du 12 janvier 2007).

"Je regrette moi aussi que la Préfecture de police ne signe pas avec nous, mais je les remercie quand même d'avoir travaillé avec nous et je ne désespère pas que dans les temps qui viennent, nous puissions obtenir que la Préfecture signe ce que nous allons signer ce matin", a indiqué Bertrand Delanoë.

La mairie de Paris signe la Charte des deux-roues motorisés

"Concernant la remontée des files il ne s'agit pas, vous associations ou moi maire de Paris, de se substituer aux autorités légales", a-t-il poursuivi, "mais de mettre en commun, noir sur blanc, ce qui est déjà une pratique. Une pratique que je valide et que j'accompagne, parce qu'elle est facteur de sécurité pour les usagers des deux-roues motorisés".

Un raisonnement louable de la part de Bertrand Delanoë, qu'il ne poursuit malheureusement pas sur la circulation dans les voies de bus. Il s'agit pourtant bien, exactement comme la remontée des files, d'une "pratique très répandue assurant une meilleure sécurité aux deux-roues motorisés"...

La mairie de Paris signe la Charte des deux-roues motorisés

Interrogé sur ce point, le maire de Paris a de nouveau tenté de faire croire pour la deuxième fois en deux ans (lire Moto-Net du 2 mars 2006) qu'au départ, "il était prévu que les motos puissent circuler dans les voies de bus" mais que le Préfet l'en aurait dissuadé en raison du danger que cela représentait...

Rappelons tout de même au maire de Paris qu'il s'est toujours farouchement opposé à la circulation des motos dans les voies de bus depuis 2001, malgré la tolérance qui existait depuis des années (lire Moto-Net du 15 novembre 2001).

La mairie de Paris signe la Charte des deux-roues motorisés

Concernant le stationnement, le maire de Paris a admis qu'il "manque encore des places de stationnement à Paris pour les deux-roues motorisés. Mais mettez-vous à ma place : nous avons déjà doublé l'offre de stationnement pour les deux-roues, et en particulier pour les deux-roues motorisés, à Paris en six ans. En revanche, je veux que nous soyons pragmatiques là où il n'y a pas d'offres de stationnement, y compris sur les trottoirs. Mais à une condition, c'est que ça ne peut pas être aux endroits où les trottoirs sont étroits et où cela met en cause le passage des piétons, des poussettes et des véhicules de personnes handicapées", a indiqué le maire en appelant la Préfecture à faire preuve de discernement.

De son côté, la FFMC estime que "même si toutes nos revendications n’ont pas été retenues (sur la circulation dans les voies de bus, notamment), cette charte est néanmoins une première reconnaissance des spécificités du 2RM en ville et préconise pour les usagers des avancées significatives dans le domaine du stationnement et de la circulation entre les files".

La FFMC-PPC regrette par ailleurs l'absence de la Préfecture de Police et déplore le fait qu'elle ait "obéi aux directives du ministère de l’intérieur indiquant qu’il n’était "pas envisageable qu'une Charte locale (...) fasse la promotion de pratiques non autorisées".

Les objectifs de la charte sont les suivants :

  • Mieux faire connaître aux autres usagers de la voie publique les utilisateurs de deux-roues motorisés (2RM) et leurs spécificités
  • Inciter les autres usagers à faciliter l'insertion des 2RM dans un esprit de partage responsable de l'espace
  • Adresser aux utilisateurs de 2RM des préconisations en vue d'une meilleure adaptation à la ville
  • Préciser les engagements de la Ville de Paris en faveur des usagers de 2RM

Il s'agit donc d'un résumé des "bonnes pratiques" pour la "recherche d'une plus grande sécurité et la pacification des comportements", qui devrait être suivi d'un guide "abondamment illustré" mettant en scène ces bonnes pratiques.

Les points principaux de la Charte :

  • Circuler entre les files uniquement lorsque la circulation est dégradée, c'est-à-dire lorsque les véhicules automobiles sont à l'arrêt ou très ralentis, circulant en files ininterrompues
  • Se positionner entre les deux voies les plus à gauche lors de la circulation entre les files
  • Ne pas stationner sur les trottoirs étroits
  • Privilégier le stationnement côté bordure de trottoir plutôt qu'au pied des immeubles, en raison des pratiques de déplacement des aveugles
  • Eviter de se positionner trop près des passages piétons ou des entrées d'immeubles
  • Ne pas stationner sur un trottoir face à un distributeur bancaire en raison de la sécurité des transporteurs de fonds

 

A BIENTOT.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article