le quotidien

Publié le par beatrice

Subaru recrute le Docteur

03/11/2006

 

Après la moto, la F1 et le scooter, Valentino Rossi s'attaque au WRC. Après la moto, la F1 et le scooter, Valentino Rossi s'attaque au WRC.

Tout juste dépossédé de sa couronne mondiale en Moto GP, Valentino Rossi a décidé de se consoler sur quatre roues. Après avoir flirté avec Ferrari en début d'année, il dottore a jeté son dévolu sur le championnat du monde des rallyes et l'écurie Subaru pour passer outre sa frustration. Engagé à titre privé sur les pistes de Nouvelle-Zélande, à partir du 17 novembre prochain, sur une Impreza officielle, le phénomène italien tentera de faire mieux qu'en 2002 lorsque, au volant d'une Peugeot 2006, il n'avait pu boucler plus de deux spéciales du RAC.

Loeb, seul au monde

30/10/2006 Par Nicolas MOSCOVICI
De Sports.fr
Sans combattre, Sébastien Loeb s'est adjugé ce week-end un troisième titre consécutif de champion du monde des rallyes. Un sacre qui récompense une saison que l'Alsacien aura magistralement survolée. Au moins jusqu'à sa fameuse chute en VTT qui aurait pu lui coûter très cher. Heureusement pour lui, en Australie, son seul rival cette année, le Finlandais Marcus Grönholm, a dû se résoudre à baisser pavillon. A 32 ans, le Français, recordman de victoires en carrière, est au sommet de son art. Et prend date pour 2007.

Loeb-Elena, plus que jamais sur le toit du monde...Loeb-Elena, plus que jamais sur le toit du monde...

Au propre comme au figuré, Sébastien Loeb a conquis sa troisième couronne mondiale dans un fauteuil. Indisponible en raison d'une fracture au bras droit, l'Alsacien a pu suivre à la télévision, non sans une certaine jubilation, les déboires de son rival numéro 1, le Finlandais Marcus Grönholm, seulement cinquième ce week-end sur les routes australiennes. Trop peu pour espérer rattraper un pilote Kronos impérial sur les routes du championnat du monde cette saison et, au delà, intouchable depuis trois ans.

Au final, en 2006, Sébastien Loeb ne se sera fait peur que le temps de sa fameuse chute en VTT, le 27 septembre dernier, au lendemain de sa victoire sur les routes chypriotes. Absent pour au moins trois des quatre dernières manches de la saison, il se retrouvait dans la ligne de mire de Grönholm. Vainqueur en Turquie à la mi-octobre, le Finlandais était parti en Australie pour poursuivre l'écriture d'un très mauvais scénario pour le Français. Mais, vendredi, une "erreur stupide" selon ses termes, a contrarié ses plans. Parti en tonneau et hors course pour la victoire finale, le pilote Ford, toujours en course avec son team pour le titre constructeurs, a perdu, à titre individuel, ses dernières illusions du côté de Perth. A distance, Loeb redevenait seul au monde.

Rejoindre Kankkunen et Mäkinen dans la légende

"Compte tenu de la manière dont cela s'est passé, et du fait que je m'en voulais tout de même un peu de m'être mis moi-même sur la touche, je suis forcément soulagé, avouera le désormais triple champion du monde. Cet objectif de titre au sein d'une équipe privée, même soutenue par Citroën, peu de gens y croyaient. Et nous l'avons fait." L'exploit est en effet de taille, d'autant que cette saison, le Français, flanqué de son fidèle Daniel Elena, n'aura eu de cesse de repousser les limites de la discipline.

A la manière d'un Michael Schumacher en F1, Loeb fait tomber tous les records en WRC. Déjà titulaire du plus grand nombre de victoires sur une saison (10 en 2005), l'Alsacien s'est en outre emparé du record de succès en carrière (28), au dépens d'une autre légende de la spécialité, l'Espagnol Carlos Sainz. Et si le Baron rouge a décidé de remiser son volant Ferrari au placard, le Français, lui, à 32 ans, devrait continuer sur son impressionnante lancée. A bord d'une C4 attendue avec impatience pour 2007, l'Alsacien pourra en effet aborder avec confiance de nouveaux défis. Objectif majeur, un quatrième titre de champion du monde, exploit que seuls les Finlandais Juha Kankkunen (1986, 1987, 1991 et 1993), et Tommi Mäkinen (1996, 1997, 1998, 1999) ont réalisé.

En attendant un futur qui s'annonce sans nuage, Loeb peut savourer un cru 2006 de première qualité. Vainqueur de huit manches sur douze avant ses déboires sur deux roues (Mexique, Catalogne, Corse, Argentine, Sardaigne, Allemagne, Japon et Chypre), le Français a imprimé un rythme d'enfer sur la compétition. Mieux, le pilote Kronos, en véritable maître du temps, n'a jamais fait moins bien que deuxième, devancé à chaque fois par un certain Grönholm. Bref, la saison de transition annoncée au volant de sa Kronos s'est transformée en véritable razzia. Le Tricolore, qui possède désormais 21 points d'avance sur le pilote Ford, n'aspire qu'à une chose aujourd'hui: revenir en piste avant la fin des festivités.

Sans doute un peu juste pour l'étape néo-zélandaise, Loeb caresse l'espoir de figurer sur le mythique RAC. A suivre, donc, même si soulagé, ce dernier admet qu'en cas de nouveau forfait, cela lui laissera "le temps de savourer le bonheur que m'apporte ce troisième titre." Et c'est amplement mérité.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vero 13/11/2006 13:21

dis donc tu deviens une pro du journalisme !!!!