Dakar 2007

Publié le par beatrice

 

Tout vient à point

21/01/2007 - 15:31 Par Yannick SAGORIN
De Sports.fr
Au terme d'une ultime étape sénégalaise enlevée par le motard letton Janis Vinters et le pilote sud-africain Giniel De Villiers, Cyril Despres et Stéphane Peterhansel ont officiellement remporté l'édition 2007 du Dakar. Une belle revanche pour le tandem tricolore, écarté par deux coups du sort l'an passé dans sa course effrénée à la victoire. Cette année encore, le Lac rose a vendu chèrement sa peau, le Cannibale, pas plus que son homologue à deux roues, n'ayant su se révéler totalement souverain dans sa quête d'une neuvième couronne.

Frustré l'an passé, Stéphane Peterhansel a bondi vers la victoire cette année.Frustré l'an passé, Stéphane Peterhansel a bondi vers la victoire cette année.

On leur avait promis la gloire et la victoire à Dakar l'an dernier. Alors tenants du titre, Cyril Despres et Stéphane Peterhansel s'étaient rués à l'assaut du Lac rose prémunis de la faveur des pronostics. La désillusion n'en avait été que plus brutale. Une luxation de l'épaule consécutive à une lourde chute dans la sixième étape, et la rencontre fortuite avec un arbre à quatre spéciales du terme des débats, les deux compères avaient dû s'avouer vaincu devant Marc Coma et Luc Alphand avec une amertume à peine dissimulée.

Changement de scénarii, changement de sentiments, le vent africain avait bel et bien tourné cette année. Sans obstacle végétal pour saborder ses ambitions, le Cannibale a su renouer avec ses bonnes habitudes en bouclant en tête le rallye-raid né de l'imagination de Thierry Sabine pour la neuvième fois de sa carrière. Sacré sur deux roues à six reprises (1991, 1992, 1993, 1995, 1997, 1998), Stéphane Peterhansel compte dorénavant trois triomphes dans la catégorie autos - série évidemment en cours, en attendant un éventuel passage au poids lourd...

Une monture à la hauteur du cavalier

Crédité d'une marge de manoeuvre infime durant la course au vu du seul temps à l'arrivée de son dauphin et coéquipier Luc Alphand (à peine sept minutes d'écart), il est vrai que celui que l'on surnomme désormais "Monsieur Dakar" sur le bivouac a pu, cette année encore, bénéficier d'un véhicule à la fiabilité exemplaire pour dompter les sables africains. Et face à la détermination et au talent des fers de lance du rival Vokswagen, Mitsubishi se devait d'être irréprochable pour marquer de son empreinte le palmarès de l'épreuve pour la onzième fois de son histoire - la sixième de rang.

Car le constructeur allemand, sous la houlette d'un Carlos Sainz de plus en plus menaçant et d'un Giniel De Villiers toujours aussi combatif, a raflé pas moins de dix des quinze spéciales au programme de cette mouture 2007 du Dakar. Une moisson spectaculaire dont seuls les Schlesser, Gordon et Al Attiyah ont su tirer les miettes, sans en laisser aucune à une firme japonaise trop accaparée par son objectif suprême.

Pour ce qui est des motos, le sempiternel duel entre les KTM Repsol et Gauloises, bien que divisé en deux actes, a également tenu toutes ses promesses. Longtemps à l'avantage des Orange, grâce au flair de l'équilibriste Marc Coma, affublé de dossard numéro 1 et leader incontestable de la course jusqu'à ce qu'une souche malintentionnée ne lui fasse perdre le cap dans la 13e étape, le combat a viré au bleu subitement, portant aux nues un Cyril Despres qui n'y croyait plus. Un deuxième succès (après 2005) aux allures de consécration pour le motard français. Reste à devenir une légende du Dakar à l'instar de son compagnon de podium, Stéphane Peterhansel.

 

A BIENTOT.

Commenter cet article